Mots-clefs

, , ,

Selon une nouvelle étude de la Commission européenne publiée aujourd’hui, 25 % des petites et moyennes entreprises (PME) de l’UE?27 exportent ou ont exporté à un moment donné au cours des trois dernières années.

Les PME opérant sur le plan international font état d’une croissance de l’emploi de 7 %, contre 1 % pour les entreprises sans aucune activité internationale.

En outre, internationalisation et innovation sont étroitement liées: 26 % des PME internationales ont présenté des produits ou des services nouveaux pour leur secteur dans leur pays, alors que seules 8 % des autres petites entreprises en ont fait autant.

Toutefois, les activités internationales visent principalement les autres pays du marché intérieur et seules 13 % environ des PME de l’UE prennent part à des marchés extérieurs à l’UE. À l’échelle internationale, les entreprises européennes sont plus actives que les PME américaines ou japonaises.

Il ne s’agit là que d’une partie des constatations de l’étude sur l’internationalisation des PME européennes («Internationalisation of European SMEs»), qui établit une carte du niveau d’internationalisation des PME européennes et met en évidence les principaux obstacles et avantages de l’internationalisation.

Les constatations les plus édifiantes de l’étude

  • 25 % des PME de l’UE?27 exportent ou ont exporté à un moment donné au cours des trois dernières années.
  • Les pays partenaires sont principalement d’autres pays de l’UE — 76 % de l’ensemble des PME exportatrices sont tournées vers le marché intérieur.
  • Il existe un lien direct entre le niveau de l’internationalisation et la taille de l’entreprise. Plus la PME est grande, plus elle est internationalisée.
  • Il existe une corrélation négative entre le nombre d’habitants du pays d’origine de la PME et son niveau d’activité internationale.

Les PME présentes sur la scène internationale obtiennent de meilleurs résultats

  • Les PME internationales créent davantage d’emplois: les PME opérant sur le plan international font état d’une croissance de l’emploi de 7 %, contre seulement 1 % pour les PME sans aucune activité internationale.
  • Les PME internationales sont plus innovantes: 26 % des PME opérant sur le plan international ont présenté des produits ou des services nouveaux pour leur secteur dans leur pays; pour les autres PME, ce taux n’est que de 8 %.
  • L’importation est un tremplin pour l’exportation: les PME qui sont à la fois importatrices et exportatrices ont commencé deux fois plus souvent par l’importation (39 %) que par l’exportation (18 %).
  • La plupart des PME ignorent l’existence de l’aide publique: seules 16 % d’entre elles connaissent les programmes d’aide publique à l’internationalisation et seul un petit nombre y a recours.
  • Les PME européennes sont plus actives que les PME américaines ou japonaises sur la scène internationale. Globalement, les entreprises européennes sont plus actives que leurs homologues au Japon ou aux États?Unis et obtiennent de meilleurs résultats, même si l’on tient compte uniquement des exportations extra?UE.

Recommandations pour une politique d’aide en faveur des PME

  • Il y a lieu d’encourager la sensibilisation et le recours aux programmes d’aide publique.
  • Il faut faciliter l’accès des microentreprises aux mesures d’aide: ce sont elles qui ont le plus besoin des programmes d’aide et qui en tireraient le plus profit.
  • Innovation et internationalisation sont étroitement liées. Cela indique clairement qu’il convient de coordonner les décisions politiques visant à stimuler l’innovation et l’internationalisation, voire de fusionner les services chargés de mettre en œuvre ces deux types de mesures.
  • L’importation est un tremplin pour l’exportation. Les programmes d’aide publique doivent en tenir compte.
Publicités